Pour Qlik, l’intelligence active succèdera à la BI pour prendre des décisions immédiates

0

Le 3 juin 2021, Qlik France a détaillé sa feuille de route présentée début mai lors de son événement QlikWorld Online 2021. L’occasion de revenir sur ses dernières acquisitions et leur intégration dans sa plateforme de traitement et d’analyse de données. (Photo Qlik DR. Nicolas Hirsch, country manager de Qlik France.)

Créé en 1993, Qlik compte aujourd’hui 50 000 clients dans le monde ainsi que 2000 collaborateurs selon Nicolas Hirsch, country manager pour la filiale française depuis janvier 2020. Le 3 juin, l’éditeur de la plateforme analytique SaaS Sense, a partagé sa vision de l’avenir de la business intelligence (BI) et détaillé ce qu’il reste de sa feuille de route pour la fin de l’année.

« En 2020, le marché des applications analytiques a été porté par la nécessité des entreprises de se réinventer et d’aller vers le cloud », a souligné Nicolas Hirsch. Et de préciser qu’après un premier trimestre 2020 normal et un deuxième timoré, Qlik France avait réussi grâce aux deux derniers trimestres à tenir ses objectifs annuel, fixés avant la crise sanitaire. Il a également ajouté que ce premier trimestre 2021 était le meilleur jamais réalisé par la filiale française, sans toutefois donner de chiffres. « En 2020, nous avons continué de faire des acquisitions pour renforcer notre plateforme », a-t-il également indiqué. Selon lui, la pandémie a accentué la demande envers les outils analytiques, car les entreprises avaient besoin de comprendre cette situation inédite et de prendre des décisions rapidement pour y faire face. « La finalité des outils analytiques n’est pas de construire des tableaux de bord et KPI, mais bien de prendre des décisions », a-t-il rappelé.

Amener les analyses aux utilisateurs

Stéphane Briffod, directeur avant-vente, lui a ensuite succédé pour présenter la vision de Qlik sur un marché analytique qui compte de nombreux acteurs, aussi bien des éditeurs historiques comme Microsoft, SAP ou SAS que des acteurs plus récents, comme Tableau (racheté par Salesforce), voire de nouveaux entrants comme ThoughtSpot ou Domo. « Pour nous, la prochaine étape de la BI est ce que nous appelons l’intelligence active : il s’agit d’aider les organisations à capturer des moments clefs, à partir d’informations mises à jour en temps réel, afin de prendre des décisions ou des actions immédiates ».

Pour construire cette vision, Qlik a mené une série d’acquisitions ciblées depuis 2018, à un rythme soutenu : en septembre 2018, Podium Data, désormais intégré dans l’offre sous le nom Qlik Catalog, en janvier 2019, Crunchbot et Crunch Data qui ont fourni des moteurs de traitement et de génération de langage naturel (NLP et NLG) ; en février 2019 la plateforme d’intégration d’Attunity ; en janvier 2020 RoxAI ; en août 2020 Knarr Analytics et en octobre dernier Blendr.io.

[…]

Partager

Commenter